Booking.com
Accueil / Art et Culture / Un après-midi à Saint Germain des Prés par Mireille Darc

Un après-midi à Saint Germain des Prés par Mireille Darc

Un après-midi à Saint Germain des Prés  par Mireille Darc

La première exposition photographique de Mireille Darc organisée à Artcurial Paris et Artcurial Bruxelles du 4 au 12 février 2016 s’intitule « Un après-midi à Saint Germain des Prés ».

Ce 21 janvier, au milieu d’une foule dense d’amis et collectionneurs, du tout Paris artistique et médiatique, elle s’avance, simple et sereine, mutine sous son carré blond, reconnaissable au milieu de tous par cette façon d’être et de se mouvoir : Mireille Darc dévoilait sa première exposition photographique intitulée joliment « Un après-midi à Saint Germain des Près ». Un choc ! Je décidais alors d’aller à Artcurial Bruxelles où quatre originaux supplémentaires complétaient la première exposition et de demander à sa filleule, 24 ans, quel regard de jeune femme elle portait sur l’œuvre à la fois sensuelle, -osée diront certains- et pudique, raffinée et magistralement mise en scène par l’actrice-réalisatrice en collaboration avec son ami, le directeur artistique Olivier de Larue Dargère.

Plantons d’abord le décor : 32 tirages noir et blanc, signés et numérotés par Mireille Darc mettent en lumière la force et la fragilité d’une jeune femme dans l’appartement de Monique Pozzo di Borgo, à Saint Germain des Prés. Un appartement restauré par l’architecte Pascal Desprès, époux de Mireille Darc : « il y a aussi dans ces photos un jeu avec le travail de Pascal…comme un jeu amoureux » (propos recueillis par Olivier Descoins in ODLDMAG www.odldmag.com)
A Bruxelles, je retrouve Anastasia Domerego, rencontrée lors du vernissage à Artcurial Paris. « Quand elle a sût que maman était enceinte, elle lui a tout de suite dit qu’elle serait ma marraine et a choisi le prénom d’Anastasia ». Emotion et sourire dans la voix, ce n’est pas rien d’être choisie avant sa naissance… par une icône au cœur plus grand que le ciel !

Française, Anastasia vit à Montréal, après des études en Arts visuels et médiatiques. Du haut de ses 24 ans, son regard affûté sur l’œuvre photographique de sa marraine est sensible et empreint d’intelligence: « Elle a voulu jouer avec l’architecture du lieu remise en valeur par son mari. La photo « Je suis nue » joue avec les lignes, les points de fuite, le noir et le blanc, les reflets… Le plan de table de cuisine reflète Chloé (ndlr : le mannequin) qui elle-même se reflète sur le mur »

A la question sur la quasi-nudité du modèle, la réponse fuse : « C’est une nudité habillée de lumières qui épousent les formes de cette jeune femme au corps mature, dans une mise en scène sophistiquée et pudique (photos « Je me soumets » et « les Arbres »). Il y a une modernité dans cette série où elle travaille le cuir, la lingerie… Nue mais pas totalement. Peut-être y-a-t-il une légère forme d’érotisme mais plus proche d’un univers féminin poétique et stylisé, rendu plus percutant par l’utilisation du noir et blanc, intemporel ».
L’univers photographique de l’artiste s’exprime aussi par de courts textes en regard de chaque cliché, des textes forts, puissants, évocateurs, porteurs de rêveries, émouvants parfois, poétiques toujours. Anastasia en livre la genèse : « la première source d’inspiration de Mireille Darc a été l’appartement du boulevard Saint Germain, puis les textes sont venus à maturation et c’est alors qu’elle a casté Chloé … en dernier. Et c’est en quelque sorte un récit qu’elle fait de Chloé plongée dans ses pensées, s’habillant ou pas, dans ce grand appartement ».
«Je suis en admiration devant le travail de ma marraine : qu’elle soit devant ou derrière l’objectif, elle a un vrai talent et un oeil de photographe particulier que je trouve formidable.  »
On ne peut que souscrire !

A la question, quel est votre objet fétiche, Mireille Darc a répondu
 » seuls les êtres me sont indispensables « ..joli non ?

www.artcurial.com/belgique/
Directeur artistique : Olivier de Larue Dargère

 

Ne partez pas sans lire

Le tatouage : c’est tendance !

Le tatouage est une pratique millénaire : c’est un moyen  d’affirmer sa force, sa séduction, …