Booking.com
Accueil / Tendance / De la clepsydre à la montre H1
une-HYT-H1-Black-Mush-300-CMJN

De la clepsydre à la montre H1

C’est certainement ce qu’il y a de plus étonnant comme modèle de montre, étonnant et surtout rare pour cette montre qui va chercher son inspiration il y a plusieurs centaines d’années, à l’époque où les clepsydres permettaient aux pharaons d’avoir un système indiquant l’heure. Aujourd’hui on laisse de coté la force de la gravité et on intègre le fluide dans une montre bracelet mécanique.

C’est clairement un rêve qui se réalise avec HYT qui nous propose ces montres exceptionnelles.

Haute horlogerie et mécanique des fluides fusionnent pour former la montre H1

logo_hytLe concept est simple, et ils l’ont mis en place dans la H1, avec deux fluides, un coloré et un transparent, chacun étant stocké dans un réservoir flexible. Les deux réservoirs se trouvent à 6 heures, les deux fluides restent chacun de leur coté à l’aide de la force de répulsion de chaque fluide. Le fonctionnement permet de compresser un réservoir pendant que l’autre se détend, le résultat est le mouvement du fluide indiquant l’heure. Tandis que le premier se compresse, l’autre se détend, et une fois que le liquide fluorescent arrive à 18h il revient en position initiale avec un mouvement rétrograde.

L’horlogerie commence à intervenir au moment où il faut faire entrer en action les deux soufflets en alliage électro-déposé qui sont souples et résistants.

Et c’est pour activer ce système qu’intervient l’horlogerie avec un mouvement mécanique, tout cela a été imaginé par Bruno Moutarlier, avec le concours de Jean-François Mojon et son équipe de Chronode SA. Le mouvement mécanique se loge dans la partie supérieur de la montre, il entraîne une came qui viendra pousser le piston qui à son tour actionnera le soufflet, le plus compliqué a été de trouver une interface entre mouvement mécanique et système fluidique dans un circuit fermé et étanche.

[pullquote_right]4 Hz, 35 rubis, réserve de marche de 65 heures.[/pullquote_right]

Beaucoup de contraintes mais au final un objet d’exception, pour en arriver là un long chemin :

On parle même de nanotechnologies avec l’élaboration de fluides qui devaient obéir à un strict cahier des charges, un fluide devant être résistant, ne devant pas se mélanger ou se diluer par exemple, une utilisation étonnante pour la création d’une montre. Le coté énergie est aussi très important dans la conception de cette montre puisque si il y a une force hydraulique, il faut une pression et donc de l’énergie pour faire fonctionner la pompe, la fabrication des soufflets en alliage très fin, souples et résistants s’inspire de capteurs de mesures utilisés par la NASA, ils ont évidemment été adapté aux besoins horlogers pour la création de cette montre.

Le design de la montre H1

N’oublions pas un point très important qui n’est pas pour rien dans notre fascination pour cette montre qui dispose d’un design agressif signé Sébastien Perret, un design qui en impose et qui fait de la H1 une montre hors normes.

Une réserve de marche de 65 heures, un boitier de 48,8mm de diamètre et 17,9 mm d’épaisseur qui n’enlève rien à la légèreté de cette montre. Un mouvement mécanique à remontage manuel, calibre exclusif HYT, 28’800 Alt/h,

Pour en savoir plus je vous invite évidemment à faire un tour du coté du site officiel (www.hytwatches.com) et, en attendant, je vous laisse découvrir quelques photos de cette montre dans différentes déclinaisons:

HYT-H1-Black-Back-300-CMJN
HYT-H1-Black-Back-300-CMJN
HYT-H1-GoldDlc-Back-300-RVB
HYT-H1-GoldDlc-Back-300-RVB
HYT-H1-GoldDLC-Side-300-CMJN
HYT-H1-GoldDLC-Side-300-CMJN
HYT-H1-Titan-Side-300-CMJN
HYT-H1-Titan-Side-300-CMJN

 

Crédit Photos : HYT

 

 

 

Ne partez pas sans lire

Salons sur l’horlogerie : idéal pour découvrir de belles nouveautés

Que ce soit à Paris, Bâle, Genève ou encore à Hong Kong, les salons dédiés …