Booking.com
Accueil / Tendance / Pourquoi acheter sa bague sertie de diamant à Anvers ?

Pourquoi acheter sa bague sertie de diamant à Anvers ?

La Belgique est la destination incontournable, pour ceux qui souhaitent acquérir des diamants de grande qualité. La qualité des pierres en vente sur le territoire belge fait l’objet de contrôle, à l’instar des commerçants.

Les commerçants belges

Selon l’arrêté royal du 30 avril 2004, modifié par l’arrêté royal du 26 août 2010, tout commerçant en diamant implanté sur le territoire belge doit procéder à un enregistrement auprès de la Direction générale des Analyses économiques et de l’Économie internationale. Tous les acteurs qui exercent une activité commerciale dans le domaine du diamant et les producteurs sont concernés par ce texte.

Pour réaliser leurs activités sur le territoire du Royaume de Belgique, ils doivent présenter différentes pièces à la Direction générale des Analyses économiques et de l’Économie internationale : copie de la carte d’identité de tous les gérants, une preuve du numéro d’entreprise, une copie de l’acte notarié de constitution, un extrait du Moniteur belge, une carte professionnelle (pour les gérants qui ne sont pas de nationalité belge), etc.

Dans le cas où le gérant n’est pas domicilié en Belgique, il doit donner une procuration à une personne qui peut remplir ses fonctions dans le pays.

Une fois l’inscription achevée, le commerçant est directement reconnu comme “diamantaire établi et agréé en Belgique”. Il doit ensuite déposer son nouveau statut au Service Comptabilité du AWDC ou Antwerp World Diamond Center.

Le certificat Kimberley

Dans la majorité des cas, les diamants mis en vente en Belgique proviennent d’Afrique ou de Russie. Chaque pierre qui entre dans le pays doit être accompagnée par un certificat Kimberley. Le tri des pièces est généralement effectué à Anvers et les petites pierres sont envoyées en Chine pour être taillées. Les pièces exceptionnelles sont taillées en Belgique.

Le certificat Kimberley précise la filiale et la provenance d’une pierre. Il a été créé pour permettre aux consommateurs d’éviter les diamants en provenance de rebelles désireux de financer leurs activités militaires.

Cette mesure a été élaborée à partir de mai 2000 à Kimberley, en Afrique du Sud. 3 ans plus tard, en 2003, le Canada, les États-Unis et les pays de l’UE ont procédé à la signature de l’accord.

anvers-shoppingAnvers, la capitale du diamant

Anvers est réputé pour être un haut lieu de taillage et de la négociation du diamant dans le monde. Les diamantaires de la ville sont concentrés dans un quartier, où des familles à majorité indienne dominent la filière. Pour avoir une petite idée de l’importance de cette industrie, sachez qu’Anvers a exporté pour un peu moins de 60 millions de diamants en 2014.

showroom anversDe nombreux bijoutiers et diamantaires de renommée mondiale sont implantés dans le Diamond Square Mile. Ce quartier s’étend sur 5 rues. Par exemple, la marque BAUNAT dispose d’un showroom, vous pouvez vous y rendre sur rendez-vous.

Les rues piétonnes de la Rijfstraat, la Hoveniersstraat et la Schupstraat concentrent des professionnels exportateurs, pour la plupart indiens. La Vestingstraat et la Lange Herentalsestraat, quant à elles, abritent des bijoutiers accessibles aux personnes ordinaires.

Cette partie de la ville qui n’occupe qu’une superficie d’un kilomètre carré est le cœur de l’industrie mondiale du diamant. 84 % des diamants bruts et 50 % des diamants polis passent dans ce quartier. Une fois qu’ils sont taillés, ils sont réinjectés sur le marché international.

Le contrôle est très strict, si bien que des caméras de sécurité sont installées un peu partout. Réputé depuis le XVe siècle pour le commerce du diamant, cet endroit abrite aujourd’hui la bourse du diamant et une synagogue séfarade. Il propose des showrooms où l’on peut contempler un tailleur de diamants en plein travail.

Les grands bijoutiers

À la sortie de la gare Centrale, des bijoutiers par dizaines affichent des enseignes et des vitrines clinquantes, destinées à attirer l’attention des éventuels clients. Certaines boutiques sont installées à l’arrière d’un café occupant un édifice néoclassique.

La plupart de ces bijoutiers garantissent la qualité, grâce au label créé par l’Antwerp World Diamond Centre (AWDC), une fondation privée qui défend les intérêts collectifs du secteur belge du diamant. Tous les diamants vendus sont exceptionnels et bénéficient d’un certificat gemmologique.

Il faut savoir que ce quartier a été déménagé de la Groenplaats au Paardenmarkt, puis vers le Meir avant d’être installé dans le quartier de la Gare centrale entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle. Aujourd’hui, on compte 1700 entreprises qui participent au développement de l’industrie.

Ne partez pas sans lire

Salons sur l’horlogerie : idéal pour découvrir de belles nouveautés

Que ce soit à Paris, Bâle, Genève ou encore à Hong Kong, les salons dédiés …